Elle doit son nom à l’évêque de Tongres-Maastricht, Lambert, assassiné en ces lieux le 17 septembre 696 (selon la tradition ; le prince-évêque Joseph-Clément de Bavière célébrant le millénaire de saint Lambert en 1696) ou 705 (vraisemblance historique ; Hubert devenant le nouvel évêque en 706). Selon la légende, Lambert refusa de bénir la coupe de vin d’Alpaïde, maîtresse de son cousin Pépin de Herstal lors d’un banquet se déroulant à Jupille et jeta l’anathème sur l’assemblée. Dès lors, Alpaïde aurait ordonné à son frère Dodon et ses hommes d’exécuter l’évêque. Dans un premier temps, le corps de ce dernier est enterré à Maastricht, capitale du diocèse à l’époque, puis, c’est sous l’épiscopat de son successeur Hubert que sa dépouille est ramenée à Liège. C’est à l’endroit même de son martyre que sera érigée une église, le martyrium, qui donnera naissance au culte de saint Lambert et au pèlerinage qui fera la renommée de la cité de Liège.

Mesurant initialement 50 x 15 mètres, l’église devient cathédrale au début du IXe siècle avec des dimensions avoisinant les 70 x 23 mètres ; dès lors, on parlera de la cathédrale « Notre-Dame et Saint-Lambert » en référence à la petite église consacrée à la Vierge qui jouxtait la résidence où fut exécuté le saint. Sous l’épiscopat du prince-évêque Notger, des agrandissements sont apportés à l’édifice le portant à environ 100 mètres de long et une église paroissiale nommée « Notre-Dame-aux-Fonts » sera construite au Sud de la cathédrale. Baptistère de la cité, cette dernière accueillera du XIIe siècle jusqu’à la fin de l’Ancien Régime les Fonts baptismaux, aujourd’hui exposés dans l’église Saint-Barthélemy.

Victime de plusieurs incendies, la cathédrale connaîtra différents styles architecturaux ; ottonien, roman et gothique. L’année 1789, quant à elle, annonce le début de la Révolution liégeoise et la destruction de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert ; symbole trop prégnant de l’Ancien régime. Il faudra attendre 1827 pour que l’espace dépouillé soit nommé « place Saint-Lambert »

Source(s)

  • « La place Saint-Lambert », articles disponible en ligne sur le site de l’Archéoforum de Liège, http://www.archeoforumdeliege.be [consulté le 10 octobre 2018].
  • DEMOULIN B., KUPPER J.-L., Histoire de la principauté de Liège : De l’an mille à la Révolution, Toulouse, Editions Privat, 2002, p. 13.
  • GEORGE P., Liège en 100 dates, Tours, Editions Sutton, 2016, p. 9 ; 13 ; 59.

Partage cet article

ou commande un hareng