Si nous la connaissons aujourd’hui comme la place du Vingt Août et que nous l'appelons familièrement le 20 août, la résidence de notre faculté ne s'est pas toujours appelée comme ça. 

À l'époque où Liège était encore une principauté indépendante, l'actuel place du Vingt Août était en réalité une île, située au milieu de l'un des bras de la Meuse. Appelée à l'origine « Isle aux Hochets », les frères de Saint-Jérôme y ont établi un collège vers 1495. En 1582, les pères de la compagnie de Jésus, les jésuites, supplantent les frères et s'installent dans leurs locaux. Ils y créent le Collège des jésuites wallons. On l’appellera familièrement Place des Jésuites.

En 1773, l'ordre des jésuites est supprimé par ordre du pape. Le Prince Évêque Velbruck confie le collège au clergé séculier. Le collège change alors de nom avec les changements de régime que connaîtra Liège : d'abord magasin et boulangerie militaire, puis école centrale après l'annexion française, enfin lycée et académie en 1804 et 1806. En 1811, suite à un décret de Napoléon 1er, Liège se dote d'une faculté des Sciences et d'une faculté des Lettres. Elles occuperont les bâtiments de l'Isle. C'est à partir de 1816 que l'on parle d'Académia Leodiensis, par un arrêté royal de Guillaume d'Orange qui institue les université de Gand, Louvain et Liège. On abat l'ancienne église du collège des jésuites en 1820, et l'on édifie le salon académique avec ses matériaux à l'emplacement même du chœur.

La place sera dorénavant connu comme la Place de l'Université. Elle gardera ce nom près d'un siècle.

Arrive alors la première guerre mondiale. Les allemands ayant envahi la Belgique dès les premiers jours du conflit, Liège est la première ville d'importance du pays à être occupée. Au soir du 20 août 1914, des soldats allemands circulant dans la ville déclarent avoir été pris pour cible par des franc tireur. Quinze civils sont alors choisis au hasard et sont fusillés sur la place à titre d'exemple. Les allemands mettent le feu aux bâtiments avoisinants. Deux liégeoises périront à la suite de l’incendie de leur immeuble. Les rues voisines sont ravagées par les flammes, le bâtiment de la société d’émulation et sa bibliothèque partent en fumée. Les locaux de l'université sont saccagés et pillés.

La place sera ainsi renommée après le conflit. En mémoire du massacre commis par les occupants ce soir de 20 août. Une plaque de bronze rappelant les faits et les noms des victimes est apposée sur le mur de l'université.

Source(s)

  • Jean-Denys Boussart, Petite histoire des étudiants liègeois, Liège, 1967.
  • Place du Vingt Août, Wikipédia, consulté le 13/09/2018

Articles similaires

Partage cet article

ou commande un hareng