Installée dans la chaire de vérité de la cathédrale St-Paul se trouve cette statue de Guillaume Geefs depuis 1848. Le génie du mal tourne le dos à une représentation de la religion, à St-Paul et St-Pierre.

À l’origine, c’était une autre statue qui s’y trouvait. Le conseil avait fait appel au frère de Guillaume, Joseph Geefs, pour compléter la chaire. Il avait achevé son œuvre en 1842 et installé en 1843. Cependant, la presse et les paroissiens considéraient cette statue comme « trop sublime » et l’accusaient de distraire les croyants.

Une nouvelle commande est alors passée à Guillaume Geefs par le conseil afin de la remplacer.
Le génie du mal, aussi appelé simplement Lucifer, est une œuvre fortement romantique car représentée sous les traits d’un homme séduisant, mais avec des influences néoclassiques car on peut y trouver des marques de retenues par rapport au Malin de Joseph, qui se trouve désormais au musée royal des beaux-arts de Belgique.

Le génie de Guillaume est moins androgyne que celui de son frère avec une musculature plus marquée. Il est également plus habillé. Là où Joseph montrait la tentation par un serpent, elle est ici représentée par une pomme croquée. Le châtiment divin infligé à Lucifer est exprimé par son enchainement. Autre attribut donné par Guillaume afin de le déshumaniser, des cornes sont rajoutées alors que le Malin de Joseph Geefs était un humain aux proportions parfaites avec des ailes de chauve-souris. On peut remarquer aussi les ongles et doigts allongés.
Enfin, le sceptre brisé ainsi que la couronne abimée marquent le statut de l’ange déchu.

Source(s)

  • Soo Yang GEUZAINE et Alexia CREUSEN « Guillaume Geefs: Le Génie du Mal (1848) à la cathédrale Saint-Paul de Liège », dans Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège, Liège, 2001, 565 p.
  • Kathleen WUYARD, Clément JADOT, Juliette SALME, Liège surprises : 500 coups de cœur, Liège, 2017.
Création1848
ScuplteurGuillaume Geefs
MatériauMarbre
LieuCathédrâle St-Paul, Liège

 

Partage cet article

ou commande un hareng