L'Ordre du Grand Séminaire rassemble des étudiants inscrits dans les différentes Facultés ou Instituts Supérieurs de notre Ardente Cité. À l'origine, ces jeunes logeaient à la Pédagogie du Grand Séminaire de Liège. L'O.G.S. est alors pour eux une façon de se retrouver tout en participant pleinement à la vie estudiantine et au folklore liégeois.

La petite histoire de l'O.G.S.

L'Ordre du Grand Séminaire est né très discrètement en 1982 à l’initiative de Philippe Pasquasy et Eddy Collard. Depuis de nombreuses années déjà, la Pédagogie du Grand Séminaire hébergeait dans ses murs, quelque peu désertés par les séminaristes, des étudiants désirant résider à Liège. Le fait de vivre ensemble, sous un même toit, incita certains parmi les plus actifs à créer un petit plus sous la forme d'une association.

Au départ, les intentions étaient modestes. Il s'agissait tout au plus de se reconnaître et de se retrouver en petit comité. Les réunions, dénuées de toute prétention et de tout sérieux déplacé, faisaient la part belle à la bonne humeur et à l'entente. L'impulsion était donnée, les bases jetées et par la suite l'O.G.S. ne trahira jamais l'esprit des fondateurs.

Bien vite, cependant, le besoin d'élaborer de véritables statuts, de fixer des règles allait se faire sentir. C'était essentiel si l'Ordre du Grand Séminaire voulait continuer à exister et aspirer à se faire connaître. Ce fut chose faite en 1987. Par son dynamisme et sa participation à toutes les manifestations folkloriques estudiantines, l'O.G.S. a vu ses efforts couronnés de succès. Il fut reconnu par ses pairs et devenait ainsi un Ordre à part entière.

Fait marquant dans la vie estudiantine liégeoise, l'Ordre du Grand Séminaire a œuvré, avec l'Ordre du Torè, pour la remise à l'honneur de la Calotte liégeoise en participant à la création du Cercle de l’Emeraude. Après une éclipse de vingt-cinq ans, c'est par dizaines que Liège compte, aujourd'hui, ses calottins.

Autre date notable dans l’histoire de l’Ordre : la rentrée académique 1992. En effet, c’est à partir de ce moment que l’on vit l'ouverture de l'Ordre aux étudiants extérieurs à la pédagogie.

Peu après son deuxième lustre, les autorités du Séminaire ont décidé la fermeture de la Pédagogie. Une page s'est tournée, et l'OGS doit dorénavant vivre en dehors du cocon confortable que lui offrait le Séminaire.

La crise de recrutement qui coïncide avec celle que toute la Belgique ordinesque traversait à ce moment et le départ de la Pédagogie font que les premières années hors du Séminaire sont assez difficiles. Il est plus difficile de trouver des novices et l’OGS n’a plus accès à son local : une superbe crypte voutée. L'Ordre se redresse cependant tout doucement et a fêté, en juillet 2003, son vingtième anniversaire.

Attributs

Le symbole de l’Ordre est le Graal, calice dont la représentation graphique est inspirée d’une fresque ornant le cœur de l’Eglise du Grand Séminaire.

Deux devises, l’une « sérieuse », l’autre plus humoristique, reflètent l’esprit de l'Ordre :

« Sursum Corda ! »
(Haut les Coeurs !)

« On n’est nin chal po louqui l’Graal, on est chal po l’beur »
(on n’est pas là pour regarder le Graal, on est là pour le boire)

Les membres revêtent une cape avec capuce (aussi appelée Cappa Magna) de sable liserée d’or qui sont les couleurs de l’OGS. La Cappa Magna s’agrémente également de bandes de couleur tombant de l’épaule dextre et correspondant au rang de celui qui est dessous (mauve pour les Evêques, rouge pour les Cardinaux, blanc pour le Grand Pontife et les Cardinaux Primats, jaune pour la Noblesse). À l’opposé, se trouve une croix de Malte d’or évidée. Le Grand Pontife (ndlr : personne à la tête de l’Ordre) porte également à senestre, un Graal d’argent.

La médaille est une croix à 8 pointes pommelées dont les branches sont d’or et le centre occupé par un écu circulaire de sable au Graal d’or. Elle est suspendue à un ruban triparti sable-or-sable par l’intermédiaire d’un autre ruban, passé en bélière, à la couleur de la dignité de son possesseur. Des Clés Pontificales d’or passées en sautoir sont brochées sur cette bélière textile.

Structure de l’Ordre

L’Ordre tire son vocabulaire du clergé séculier et L’OGS comprend ainsi deux catégories de membres :

  • Les membres issus du Clergé, lesquels ont tous au moins subis les épreuves baptismales de l’Ordre,
  • Les membres issus de la Noblesse Pontificale, qui appartiennent à d’autres associations défendant des valeurs similaires. Ils sont attachés à
    l’Ordre pour services rendus ou attachements dévoués et profonds. Il constitue la Garde Noble.

Dans le Clergé, la hiérarchie de l’Ordre se compose d’un Haut-Clergé et d’un Bas-Clergé et s’établit comme suit, dans un rang décroissant de dignité à laquelle est associée une couleur selon son rang (1) :

Le Haut-Clergé
  • Grand Pontife (Argent)
  • Cardinal Primat (Argent)
  • Cardinal (Gueules)
  • Evêque (Pourpre)
Le Bas-Clergé
  • Abbé (Sable)

Chant de l’Ordre du Grand Séminaire

Sur l’air “Les anges dans nos campagnes"

À l’Ordre du Grand Séminaire,
Nous, fils de notre Alma Mater,
Respectons ces chères valeurs
Amitié, tradition, honneur

Refrain : OGS, Vidons notre Saint-Graal ! (bis)

En notr’ Crypt’ résonnent nos chansons
Dans nos gosiers coulent les à-fonds
Amis commençons la guindaille (2)
Rions tous et faisons ripaille.

Refrain : OGS, Vidons notre Saint-Graal ! (bis)

Fidèles à la Cité Ardente,
C’est Sursum Corda que l’on chante
Grand Pontife, Clergé et Noblesse
Témoignent d’une grande allégresse

Refrain : OGS, Vidons notre Saint-Graal ! (bis)

Ban de l'OGS

O.G.S. A nos de …
ESSES
Durex lex sed …
SEX DJEU
On n’est nin chal po louqui …
L'GRAAL
On est chal po …
L'BEUR


  • (1) Les couleurs qui suivent sont notées selon le code des couleurs héraldiques : argent = blanc / gueules = rouge / pourpre = violet / sable = noir.
  • (2) Si le chant de l’Ordre est entonné au cours d’une corona, ce verset est remplacé par « Amis poursuivons la guindaille ».

Articles similaires

Partage cet article

ou commande un hareng